2016 Cap Vers les Iles Salomon

Inde Calcutta Croisière Singapour Birmanie Philippines Iles Salomon

Ile de Luzon

Publié le 10/03/2016, par rxgilbertgilbert, Manille

MANILLE

Comme nous avions découvert le centre historique fin janvier,

nous partons courageusement dans un L.R.T. – métro- bondé, explorer le cimetière chinois.

Partout, des monuments dignes de leurs occupants, sans doute.

Les chinois savent bien que les défunts poursuivent leur existence dans l’au-delà, ainsi,

ils ont des besoins : un i-pad récent, un climatiseur neuf…

Le musée national possède de très anciennes jarres funéraires.

Leur « bouchon-couvercle » représente le défunt.

Et puis, cerise sur le gâteau, quelques-uns parmi les trésors du San Diego,

sombré en 1600 au large de Luzon. Bleu et Blanc des empereurs Ming….

Comme un clin d’œil pour nous faire revenir à Paris,

le musée Guimet, lui aussi, possède des porcelaines provenant de ce galion,

offertes Frank Goddio, l’archéologue sous marin. Mais, au présent, Manille innove :

Manille  bouge, s’agite, fait du bruit : la rue appartient à tout le monde.

les jeepneys font la course, malgré leur grand âge,

on s’entasse dans les trishaws pétaradants.

Pour regagner ce doit s’appeler » un domicile »

La suite au prochain numéro, dès le 28 décembre 2016,

car comme dit le proverbe : don't be a may be !

A vous de trouver: la prochaine destination?


Publié le 8/03/2016, par rxgilbertgilbert, El Nido

EL NIDO – ILE de CADLAO

 

Le village est en pleine activité : béton, rabot, carrelages…tant les voyageurs convergent,

attirés par la beauté farouche du site. Les cottages sont un peu complets

et notre chambrette nous rassure… pas vraiment de quoi se perdre...mais quelle vue somptueuse !

L’île de Cadloa avec son cap à pic, ferme presque la baie,

comme pour abriter la petite agglomération.

   

Après un dîner les pieds dans l'eau, la nuit sera belle

Mais El Nido a aussi sa vie de village typiquement philippin : entretien des bangka, pêche,

très petits commerces.

Lave- vaisselle et sèche- linge !

Peu de touristes dirigent leurs pas jusqu’ici où on ne vit que de la contemplation des champignons…

 

ARCHIPEL DE BACUIT

 

Vaste ensemble d’îles, îlots et cailloux inhabités.

Le matin, on embarque vers Miniloc, pour Small Lagoon, Big Lagoon, Secret Lagoon.

Certaines parois karstiques sont hautes, presque verticales,

les sommets paraissent découpées du ciseau d’un géant !

 

Quand les accès sont un peu délicats, on voit passer des «chenilles » entières de chinois

qui ne savent pas encore nager et sont conduits par des philippins. 

Le repas est préparé à bord, les plages sont ainsi préservées. Angmo joue le Robuchon local,

il surveille brochettes et poissons grillés, les bangka « fument » doucement.

 

Jusqu’à la fin, des images un peu surréalistes : on accède à l’avion en jeepney !

D’en haut, on est toujours sous le charme.


Publié le 6/03/2016, par rxgilbertgilbert, Port Barton

PORT BARTON

Simplement quelques paillottes blotties aux pieds des cocotiers.

Hélas, la cabane en l’air est déjà occupée.

Mais Malaika, notre lodge, fait pousser des « moustaches de chat » dans son jardin !

Les bangka nous conduisent à Twin Reef, Exotic Island et même à Paradise Island qui porte si bien son nom !

pour d’éphémères  et somptueuses rencontres avec coraux et petits poissons.

Puis repos et simple baignade, l’endroit est assez tranquille !

Recherche du hamac de rêve…

Puis lecture : pas de meilleure place pour  Le Prophète de Gibran,

ses propos  sont mis en relief par l’extrême harmonie émanant de cette île.

La grande activité de la fin de l’après-midi : admirer le soleil qui, doucement, passe de l’autre coté de la montagne.


Philippines

Publié le 2/03/2016, par rxgilbertgilbert, Puerto Princesa Bay

PALAWAN

Un archipel tout en longueur, plus de 600 km. du nord au sud, situé ou plutôt perdu au sud-ouest

des Philippines. Baignées par la mer de Chine à l’ouest, ses côtes sont souvent découpées,

abruptes, grandioses et ses baies égayées de 1000 îles îlots et cailloux.

Sa pointe sud est proche de Bornéo.

 

 

PUERTO PRINCESA

 

Vues d’en haut, les côtes paraissent prometteuses.

La ville, appelée simplement Puerto est située au fond d’une large baie que la vue embrase

depuis la terrasse de notre lodge. 

A Palawan, on vit très proches de la mer : dès le petit déjeuner : poissons grillés accompagnés

de riz aillé, le soir calamars, crevettes, poissons, servis sur feuilles de bananier,

pour les parfumer davantage.

Le dimanche, les fidèles se rendent nombreux à l’église du Sacré Cœur de Marie…(pourquoi pas ?)

  Presque 80% des philippins sont catholiques.

Ici, comme ailleurs, sur la plage, on fait des châteaux de sable.

Petite promenade du dimanche, la baie de Honda appartient à la mer de Sulu, à bord d’un trimaran

appelé bangka. Ses longs flotteurs en bambou stabilisent bien sa quille et le font ressembler

à une araignée de mer.Pourvus de banquettes en bois, les bangka peuvent accueillir

jusqu’à une vingtaine de passagers  bien protégés par un tau, tant le soleil tape.

Comme nous sommes équipés de masque et tuba, nous nous faisons vite de nouveaux amis !

- Bien sûr, plus petit que cet élégant sniper à pois …..Ils sont si nombreux,

de toutes les couleurs de l’arc en ciel, à donner vie à cet extraordinaire monde sous-marin,

se déplaçant harmonieusement entre les coraux.

A vous de jouer : quel est mon nom, moi qui vis dans la mangrove ?

 

SABANG

 

A une heure de bus, un minuscule village de pêcheurs comme protégé par une haute montagne.

Idéal pour une « robinsonnade, » le Tree Cottage est bien calme. Dès le lever du jour,

Fatu est à son poste d’observation.…

Plus tard, on envisage une sieste…

Longue de plus de 8 km, la Rivière Souterraine est un site exceptionnel de spéléologie, .

Au pied d’une falaise karstique presque à pic, nous embarquons, casqués,

à six, équipés d’un audio-guide en français – Unesco oblige !

Le noir profond de cette gigantesque caverne est parfois transpercé par un pâle rayon lumineux

Nous serpentons parmi des sortes  de volutes calcaires formées depuis des millions d'années

stalactites, stalagmites surgissent brutalement devant la proue de notre frêle embarcation

de nombreuses  chauve –souris tapissent les parois, prêtes à se laisser tomber sur les intrus que nous sommes

A l’aurore, marée basse, le paysage devant le Tree Cottage, devient, quelque peu, irréel, d’une étrange beauté sauvage.

Des brumes écharpent la montagne.

Départ bien matinal.

Costaud,  Hubay porte nos gros sacs sur la tête.

Pour passer la barre, Hubay s’aide d’une longue perche en bambou.

Vite, les petites maisons de Sabang disparaissent, comme noyées dans la végétation.

Pour atteindre Port Barton : quatre heures de navigation. Les déferlantes interdiront les photos.

 


Thailande

Publié le 29/02/2016, par rxgilbertgilbert, Chiang Rai

 

CHIANG RAI

Fatu est tout de suite séduit par les thaïlandaises qui l’accueillent à bras ouverts.

L’après-midi, une sieste, en public, c’est très tendance.

Le soir, les  femmes dansent sur les places.

Sur ces mêmes places, on se régale de vers à soie ébouillantés, grillons et chenilles grillés,

vendus par des femmes Akka.

Elles ont des coiffures extrêmement riches, décorées d’éléments en argent, peut-être…

Le Bouddha d’Emeraude du Vat Phra Kaew,

assez mystérieusement découvert au XV ème s., est très vénéré par les fidèles.

Mais Chaing Mai reste à découvrir. Cette petite ville provinciale, un peu à l’écart, si septentrionale,

est le lieu de toutes les créations artistiques contemporaines les plus fabuleuses.

A quelque distance de la ville, Ajarn Chalermchai  a osé édifier un ensemble de constructions

extravagantes, le Vat At Rong, dans la tradition des temples thaïlandais où le blanc est à l’image de

la pureté du Bouddha et de son éveil. Il a tout pensé et réalisé lui-même, dans les moindres détails.

Par milliers, des ex-voto forment des voûtes aux allées.

La Maison Noire œuvre de Thawan Duchanée tiendrait du Philippe Strack, assisté par Jacques Garcia…

L’artiste s’est représenté, la tête tournée vers le ciel.

 L’intérieur, un peu « bling-bling »

Les visiteurs photographes sont très nombreux, chacun pense avoir trouvé « son » plan.

Les chinoises craignent immanquablement le soleil…

LE TRIANGLE D’OR

Au nord de Chiang Rai, il est le point de convergence de trois frontières : Laos, Myanmar et

Thaïlande. Eloigné de tout, couvert d’une jungle épaisse, difficile d’accès,

il fut longtemps un lieu de première importance  pour la culture du pavot et la préparation de l’opium.

Nous passons une longue journée de randonnée dans les montagnes  du Triangle d’Or suivant Sarit et Prem, le porteur.

Premier arrêt devant un immense  Bouddha, à peine achevé ;

des peintres paraissent en comparaison si petits, regardez-bien ! Ils terminent les plis de son cou.

 Proche, un sanctuaire où on serait tenté de reconnaitre Marie et l’Enfant ornés de feuilles d’or …

 

Thanom  fabrique des sortes de tartelettes parfumées à la citronnelle en riz séché.

Les éléphants, nombreux, sont aussi de la partie, ici, comme ailleurs…

Des cornacs proposent des promenades, Fatu se contente  d’offrir à Babar une petite banane

car il quémande gentiment.

Bien élevé, Babar sait dire merci en recourbant sa trompe.

Certains éléphants ont de longues défenses, tandis que d’autres mériteraient de l’orthodontie !

Sarit  nomme plantes et arbres alentour : l’ananas, aux longues feuilles presque rouges, égaye le paysage.

le teck, une des richesses de la forêt, utilisé pour de belles réalisations.

Sa coupe est aujourd’hui très réglementée.

l’hévéa

Plus loin, des plantations de thé oolong. Nous sommes à plus de 1000m. d’altitude.

Sarit prépare le déjeuner.

Des bambous servent de casseroles pour faire bouillir l’eau nécessaire à la cuisson des pâtes.

Le couvercle : une feuille de bananier. L’omelette est, elle aussi, cuite dans un bambou.

Avant le début du repas, Sarit  offre une part symbolique aux esprits de la forêt.

 

Tichaï est malade, elle souffre, fumer de l’opium la soulage.

A vous de jouer : « Quel est l’âge de la Reine Céleste, sachant qu’on connait l’âge d’un éléphant

à la manière dont le haut de ses oreilles sont roulées ? « 



Pérégrinations

Liens


Precedement

<%Map%>

Visites